Drôle d’aventure vécue par un policier valaisan début juin à Sembrancher. Un porte-parole de la cantonale est accosté par une femme prétendant récolter des fonds pour une bonne cause. Démasquée, l’arnaqueuse prend la fuite en voiture, avant d’être arrêtée par une patrouille. 

Nous sommes au début de mois de juin dans le district d’Entremont. Le lieutenant Stève Léger, de l’unité communication et prévention à la police cantonale valaisanne, est “en civil”… Il fait ses courses. Hasard total, il se fait accoster à la sortie du magasin(selon un récent article publié par Rhône FM)

“J’étais devant le centre commercial, je sortais avec mes sacs. A l’approche de mon véhicule, une femme vient vers moi”, explique Stève Léger. “Elle avait un stylo et une feuille. C’était soi-disant une récolte de signature pour une oeuvre de bienfaisance. Elle demandait une signature… et bien sûr, de l’argent”.

La personne ne s’exprime pas en français, mais elle comprend très vite. “Je lui ai dit quelle était ma profession. Le terme “police” est international. Elle est partie tout de suite ! La voiture qui l’attendait a quitté les lieux en trombe. Une patrouille l’a interceptée un peu plus loin”.


Cette tentative d’escroquerie vécue par le porte-parole de la police valaisanne prouve que personne n’échappe à ce genre d’arnaques. La police le recommande : si vous êtes accosté dans la rue, il faut refuser fermement. Dans le doute, il ne faut pas hésiter à contacter la police cantonale en composant le 117.

Source article: Rhône FM/Police Cantonale du Valais/

Source photo: Rose Makin/Shutterstock